Patrick Liaudet
⎢Ecrivain⎢
Sidebar







« Tant de gens qui écrivent et si peu de gens qui lisent !
C’est un fait : on lit de moins en moins…
Ça finira par une catastrophe…
on foutra l’imprimé par-dessus bord ;
et ce sera miracle si le meilleur ne rejoint pas au fond le pire. »
André GIDE (1914)




Chers amis,

Au delà des dates et des faits d’une biographie, je tenais à m’adresser à vous de façon plus chaleureuse.

Alors bienvenue sur ce site, même si je préfère de loin les contacts réels.

Quelques mots aussi pour vous dire que, malgré les refus des grandes maisons d’éditions parisiennes, je persiste à écrire depuis quinze ans. A leur décharge, il n’est pas facile de faire un choix lorsque vous recevez 4 000 manuscrits par an, voire plus pour certains. A leur charge, ils ne sont pas obligés d’éditer n’importe quoi pour faire du fric car le niveau littéraire n’en sort pas indemne. Mais bon : pas d’acrimonie ! Donc, après une année d’écriture (en moyenne), le travail sur la maquette, les envois postaux et les retours avec la célèbre mention
«… car vous ne rentrez pas dans notre ligne éditoriale.», il est temps de reprendre son bâton de pèlerin et d’entamer la diffusion du livre. Pour cela il faut avoir une foi à toute épreuve, mais quelle meilleure récompense que le soutien des lecteurs qui vous accordent leur confiance ? C’est pourquoi je remercie tous ceux qui me sont fidèles depuis le début.

Merci également aux journalistes, aux libraires et aux dépositaires, aux organisateurs de salons, aux bibliothèques, qui m’aident et me soutiennent dans cette aventure dont le but n’est ni la gloire, ni l’argent, mais le partage et l’envie de dépasser la banalité du quotidien.

Je vous souhaite une belle promenade (malheureusement virtuelle) sur le site réalisé par Emmanuelle, dévouée collaboratrice, et je vous offre ce passage de Frédéric Dard (un de mes auteurs cultes parlant de son métier), dans lequel je me reconnais.


« Je suis un petit bistrot à prix fixe, un petit routier où le plat du jour est bien mitonné. Je ne serai jamais un « trois étoiles » ce qui me permet de garder l’esprit au repos, car les « trois étoiles » ont toujours peur qu’on les leur retire ! »

Patrick LIAUDET










Actualités